Tours, au cœur du « Jardin de la France »

Tours confirme sans cesse cette douceur de vivre légendaire que l’on prête à la Touraine, dont la richesse de l’histoire et du patrimoine est reconnue dans le monde entier. Pour autant, cette ville universitaire, devenue métropole, dotée d’un aéroport et reliée à Paris en une heure grâce au TGV, est une agglomération des plus actives.


La place Plume­reau à Tours – Crédit : Joël Damase

Prédo­mi­nance du secteur tertiaire et crois­sance de la popu­la­tion

À Tours, c’est le secteur tertiaire qui prédo­mine, suivi par une indus­trie qui emploie envi­ron 15 % des sala­riés du bassin. Les acti­vi­tés sont variées : fabri­ca­tion plas­tique, distri­bu­tion de l’élec­tri­cité, produc­tion infor­ma­tique, fabri­ca­tion de machines et équi­pe­ment… Signe de dyna­misme, la popu­la­tion du bassin – d’en­vi­ron 450 000 habi­tants – a augmenté de 3 % entre 2009 et 2014.

Une ville plus jeune que la moyenne

Les moins de 20 ans repré­sentent 25 % de la popu­la­tion. Ils sont 24 % au plan régio­nal.

Un lieu central pour la santé régio­nale

Deux sites prin­ci­paux composent le Centre hospi­ta­lier régio­nal univer­si­taire de Tours, à Tours et à Cham­bray-lès-Tours. Premier établis­se­ment de la Région Centre-Val de Loire, doté d’en­vi­ron 2 000 places, il fait partie d’un grou­pe­ment de terri­toires qui compte quatre autres centres hospi­ta­liers du dépar­te­ment. Le CHRU comprend égale­ment un hôpi­tal spécia­lisé dans la pédia­trie ainsi qu’un centre psycho­thé­ra­pique. Tours est égale­ment le siège de la Faculté de Méde­cine du Centre-Val de Loire.

Une capi­tale archi­tec­tu­rale et gastro­no­mique aux abords de la Loire

La Loire, qui traverse l’ag­glo­mé­ra­tion, offre un envi­ron­ne­ment privi­lé­gié à la vie touran­gelle. La nature et la légen­daire lumière ligé­rienne font des bords de Loire un parcours enchan­teur. La ville et ses quar­tiers Renais­sance (cathé­drale, Plume­reau), à maisons à pans de bois ou en tuffeau, ajoutent au charme de cette cité long­temps choi­sie comme capi­tale par les souve­rains. Un patri­moine archi­tec­tu­ral qui se double d’un patri­moine gastro­no­mique très riche. Tours est en effet l’une des trois cités inter­na­tio­nales de la gastro­no­mie, que la ville fait vivre au quoti­dien grâce aux commerçants des Halles de Tours, aux nombreux cavistes et bonnes tables de l’ag­glo­mé­ra­tion et de la Touraine.

Le saviez-vous ?

C’est à La Devi­nière de Seuilly dans le Chino­nais qu’est né l’écri­vain huma­niste François Rabe­lais, qui écri­vit ses premières œuvres en même temps qu’il exerçait la méde­cine.

Culture partout et pour tous

Un opéra, un théâtre régio­nal, une salle de concert dédiée au jazz à dimen­sion natio­nale, un Centre d’Art contem­po­rain, un parc des expo­si­tions, un centre des congrès, le plus grand cinéma d’Art et Essai de Fran­ce… Les équi­pe­ments cultu­rels de Tours et de son agglo­mé­ra­tion proposent toute l’an­née des événe­ments majeurs. Plus ponc­tuel­le­ment, nombre de festi­vals accueillent les mélo­manes de toute obédience : musiques actuelles, jazz et même musiques anciennes. Les communes du dépar­te­ment parti­cipent égale­ment large­ment à cette anima­tion cultu­relle très riche.

Pour aller plus loin : Mono­gra­phie terri­to­riale du Bassin de vie de Tours (PDF – 4 pages – 870 ko)

Sources : Rentrée 2016 Recto­rat acadé­mie Orléans Tours, DRAAF, Conseil Régio­nal CVdL. *« Zoom ensei­gne­ment supé­rieur » : Péri­mètre : Diplômes des univer­si­tés, CPGE (hors forma­tions agri­coles) ; Source : Univer­sité d’Or­léans, Univer­sité François-Rabe­lais de Tours, Recto­rat Orléans – Tours – Trai­te­ment ORES ; Inscrip­tions prin­ci­pales, hors double inscrip­tion Licence/CPGE / **Y compris contrats de profes­sion­na­li­sa­tion