Montargis la verte

Le bassin de vie de Montargis, qui compte près de 127 000 habitants, bénéficie d’une situation géographique idéale, à mi-chemin entre l’Île-de-France et la Bourgogne. La population, en pleine croissance, est relativement jeune. Et ce n’est pas son seul atout !


Le Puiseaux, rue du Géné­ral Leclerc, Montar­gis juste avant sa confluence avec le canal de Briare – Crédit : Nico­las Boche­nek

Cons­truc­tion et indus­trie à Montar­gis

L’ac­ti­vité écono­mique du bassin de vie de Montar­gis est forte­ment marquée par le secteur de la construc­tion, qui emploie la plus grande part de sala­riés. L’ac­ti­vité commer­ciale est égale­ment forte et suit de près ce secteur de la construc­tion. Quant au secteur indus­triel, il est carac­té­risé par une présence impor­tante de la trans­for­ma­tion du caou­tchouc et du plas­tique. L’in­dus­trie agro-alimen­taire est égale­ment bien repré­sen­tée.

Le chiffre à rete­nir

24 % de la popu­la­tion (en augmen­ta­tion) est âgée de moins de 20 ans.

Le secteur de la santé à Montar­gis

Le Centre hospi­ta­lier de l’ag­glo­mé­ra­tion, prin­ci­pal établis­se­ment employeur du bassin de Montar­gis, dispose de 50 services et d’une capa­cité d’ac­cueil de plus de 800 lits, répar­tis sur cinq sites. Sur l’un deux, à Châlette-sur-Loin, est implanté un insti­tut de forma­tion d’in­fir­miers et d’aides-soignants. La clinique de Montar­gis est, quant à elle, équi­pée de 52 lits en chirur­gie et de 35 lits en soins de réadap­ta­tion et de suite. Par ailleurs, près de 50 méde­cins géné­ra­listes sont instal­lés sur le bassin de vie.

Pralines et espaces verts

Au sein de la « Venise de Gâti­nais », nombre de parcs et jardins accueillent les flâneurs : le jardin des expo­si­tions, le parc de la Colline, le lac des Closiers ou, encore, la forêt toute proche. Ils pour­ront parcou­rir ces espaces verts après s’être ravi­taillé en produits frais dans l’un des deux marchés hebdo­ma­daires ou en pralines – spécia­lité locale – chez le célèbre confi­seur Mazet. Et pour ceux qui ne veulent pas simple­ment flâner, direc­tion les nombreux équi­pe­ments spor­tifs de la ville : gymnase, salle de boxe, skate parc ou stand de tir.

Le fief de Louise Attaque

C’est au lycée en forêt de Montar­gis que se sont rencon­trés les fonda­teurs du groupe Louise Attaque, Gaëtan Rous­sel et Robin Feix.

De la préhis­toire au roman­tisme

Les passion­nés d’his­toire visi­te­ront avec plai­sir le musée du Gâti­nais, qui regorge d’objets préhis­to­riques et gallo-romains décou­verts dans la région. Au musée Giro­det, ce sont les œuvres de l’ar­tiste local Anne-Louis Giro­det-Trison – précur­seur du roman­tisme – et les sculp­tures d’Henri de Triqueti que les amateurs d’art pour­ront admi­rer. Une offre cultu­relle complé­tée par les acti­vi­tés régu­lières ou ponc­tuelles orga­ni­sées par la média­thèque et le cinéma Alti ciné.

Pour aller plus loin : Mono­gra­phie terri­to­riale du Bassin de vie de Montar­gis (PDF – 4 pages – 836 ko)

Sources : Rentrée 2016 Recto­rat acadé­mie Orléans Tours, DRAAF, Conseil Régio­nal CVdL. *« Zoom ensei­gne­ment supé­rieur » : Péri­mètre : Diplômes des univer­si­tés, CPGE (hors forma­tions agri­coles) ; Source : Univer­sité d’Or­léans, Univer­sité François-Rabe­lais de Tours, Recto­rat Orléans – Tours – Trai­te­ment ORES ; Inscrip­tions prin­ci­pales, hors double inscrip­tion Licence/CPGE / **Y compris contrats de profes­sion­na­li­sa­tion