Issoudun, la fausse calme

Aux confins de l’Indre et du Cher, Issoudun combine les avantages de la campagne et de la ville. Située à moins de 40 minutes de deux grandes villes de la région, Bourges et Châteauroux, la ville offre également une qualité de vie exceptionnelle à ses habitants avec ses 55 hectares de parcs, jardins et espaces verts.


L’Hô­tel de Ville d’Is­sou­dun – Crédit : Benjism89

Une indus­trie qui résiste

Si, dans le bassin de vie d’Is­sou­dun (30 500 habi­tants), plus de la moitié des habi­tants travaillent dans le secteur tertiaire, le terri­toire conserve néan­moins une empreinte indus­trielle forte. Une carac­té­ris­tique qu’il doit notam­ment à ses spéci­fi­ci­tés locales (comme les indus­tries du cuir et de la chaus­sure), qui conti­nuent d’at­ti­rer une forte propor­tion d’ap­pre­nants. Outre l’in­dus­trie, le terri­toire est égale­ment marqué par l’agri­cul­ture. Le secteur regroupe à lui seul 14 % des établis­se­ments employeurs du bassin (contre 7 % en région).

Le chiffre à rete­nir

40 % des sala­riés du privé concur­ren­tiel et commer­cial travaillent dans les diffé­rentes indus­tries du bassin. Ils sont 24 % au plan régio­nal.

Pôles de santé et insti­tut de forma­tion

Doté d’un pôle de soins de suite et de réadap­ta­tion, d’un pôle médi­cal et d’une filière géria­trique, le centre hospi­ta­lier de la Tour blanche dispose de près de 500 lits. Le centre accueille égale­ment un insti­tut de forma­tion d’aide-soignants. La ville d’Is­sou­dun compte, quant à elle, 20 méde­cins géné­ra­listes, un Centre de soins pour poly­han­di­ca­pés ainsi que quatre Établis­se­ments d’hé­ber­ge­ment pour personnes âgées (Ephad).

Sport et détente à Issou­dun

À la piscine à vagues, récem­ment réno­vée, se sont ajou­tés d’autres équi­pe­ments qui consti­tuent désor­mais « l’en­semble de loisirs spor­tifs d’Is­sou­dun » : courts de squash, pistes de bowling, espace d’aqua­bi­king, sans oublier l’es­pace détente. Issou­dun dispose égale­ment d’une pati­noire, qui propose, tout au long de la saison, des cours de hockey sur glace et de pati­nage artis­tique. Le tout dans une ambiance musi­cale et convi­viale, grâce à sa café­té­ria et son jardin d’en­fants.

Le saviez-vous ?

Le site Louis Vuit­ton d’Is­sou­dun vient de fêter les cent ans de la maison de luxe. D’abord appelé la Maroqui­ne­rie de l’Indre, ce site de produc­tion devient, dans les années 80, « Les ateliers Louis Vuit­ton ». L’en­tre­prise a trouvé ici une tradi­tion de la maroqui­ne­rie et un savoir-faire patri­mo­nial qui ont large­ment contri­bué à la renom­mée de la marque.

L’art omni­pré­sent

Le musée de l’Hos­pice Saint-Roch fait d’Is­sou­dun un site majeur de l’art contem­po­rain grâce à ses expo­si­tions de grands noms de la pein­ture actuelle. Une posi­tion renfor­cée par la dona­tion excep­tion­nelle du peintre Zao Wou-Ki. Plus saison­niers, le festi­val de la Tour blanche, au prin­temps, fait la part belle aux arts de la rue et le festi­val de guitare réjouit, en novembre, de nombreux émules de Django Rein­hardt ou Enrico Crolla. Si l’on ajoute à cela le festi­val Reggae Temple en octobre, tous les mélo­manes seront comblés.

Pour aller plus loin : Mono­gra­phie terri­to­riale du Bassin de vie d’Is­sou­dun (PDF – 4 pages – 789 ko)

Sources : Rentrée 2016 Recto­rat acadé­mie Orléans Tours, DRAAF, Conseil Régio­nal CVdL. *« Zoom ensei­gne­ment supé­rieur » : Péri­mètre : Diplômes des univer­si­tés, CPGE, (hors forma­tions agri­coles) ; Source : Univer­sité d’Or­léans, Univer­sité François-Rabe­lais de Tours, Recto­rat Orléans – Tours – Trai­te­ment ORES ; Inscrip­tions prin­ci­pales, hors double inscrip­tion Licence/CPGE / **Y compris contrats de profes­sion­na­li­sa­tion ** : Les effec­tifs totaux sont infé­rieurs à 20, il faut donc les inter­pré­ter avec précau­tion.