Dreux, une ville en renouveau

Au carrefour des régions Centre-Val de Loire, Normandie et Île-de-France, Dreux a hérité d’une longue tradition industrielle. En pleine transformation depuis 20 ans, la ville se modernise avec la volonté de développer l’attractivité de son territoire.

L’in­dus­trie et la construc­tion : piliers de l’éco­no­mie du terri­toire

Dreux est la 2e ville du dépar­te­ment de l’Eure-et-Loir avec un bassin de vie de 110 000 habi­tants, dont la crois­sance est plus rapide que la moyenne régio­nale. Dreux est la 2e ville du dépar­te­ment de l’Eure-et-Loir avec un bassin de vie de 110 000 habi­tants, dont la crois­sance est plus rapide que la moyenne régio­nale. L’in­dus­trie, qui emploie un quart de sala­riés, et la construc­tion sont les deux poids lourds de l’éco­no­mie du terri­toire. La métal­lur­gie, l’in­dus­trie du caou­tchouc-plas­tique, l’agro-alimen­taire et l’in­dus­trie phar­ma­ceu­tique en sont les prin­ci­pales filières. Le secteur tertiaire est néan­moins très présent au travers d’ac­ti­vi­tés commer­ciales et admi­nis­tra­tives, qui tota­lisent plus de la moitié des sala­riés.

Le chiffre à rete­nir

28 % de la popu­la­tion a moins de 20 ans, soit 4 % de plus que la moyenne régio­nale.

Le centre hospi­ta­lier, un employeur majeur

Premier employeur de l’ag­glo­mé­ra­tion, le centre hospi­ta­lier Victor Jous­se­lin compte 2 040 profes­sion­nels, dont 276 méde­cins. Il comprend notam­ment un insti­tut de forma­tion, inau­guré début 2017 : le centre dépar­te­men­tal SantéSim28 (30 forma­teurs, 150 forma­tions par an).

Sur les 52 méde­cins recen­sés dans le bassin de vie, 34 sont instal­lés à Dreux. La Ville soutient les initia­tives pour déve­lop­per des cabi­nets médi­caux pluri­dis­ci­pli­naires dans les quar­tiers, comme l’adap­ta­tion d’un appar­te­ment dans une rési­dence pour accueillir quatre méde­cins derniè­re­ment.

Nature et histoire

A moins d’1h de Paris, Dreux béné­fi­cie d’un envi­ron­ne­ment verdoyant, dont une forêt de 4 000 ha. Autour de son centre histo­rique, carac­té­risé par quelques monu­ments remarquables, les quar­tiers plus récents, dont le pôle de la gare, font l’objet d’amé­na­ge­ments urbains de grande enver­gure mixant loge­ments, bureaux, espaces publics pour redy­na­mi­ser l’en­semble.

La ville compte 6 lycées d’en­sei­gne­ment géné­ral et/ou profes­sion­nel, qui proposent diffé­rentes sections de BTS, et un insti­tut de forma­tion aux profes­sions para­mé­di­cales.

Le saviez-vous ?

Dreux est la capi­tale de Pole­pharma, le 1er bassin de produc­tion phar­ma­ceu­tique en Europe, qui repré­sente près de 30 000 emplois et 53 % de la produc­tion de médi­ca­ments en France.

Une vaste offre cultu­relle et spor­tive

Aux côtés de son patri­moine histo­rique (chapelle royale Saint-Louis, Beffroi, église Saint-Pierre), Dreux a déve­loppé une offre de services avec des équi­pe­ments cultu­rels et spor­tifs : maison des arts, musées, centres cultu­rels, théâtre, parc des expo­si­tions, palais des sports, gymnases et stades. Un marché quoti­dien couvert ou de plein air et des marchés évène­men­tiels (marché aux plantes, foire Saint-Denis, marché de Noël) animent les rues. Autour de la ville, la nature invite à la détente et aux loisirs.

Pour aller plus loin : Mono­gra­phie terri­to­riale du Bassin de vie de Dreux (PDF – 4 pages – 870 ko)

Sources : Rentrée 2016 Recto­rat acadé­mie Orléans Tours, DRAAF, Conseil Régio­nal CVdL. *« Zoom ensei­gne­ment supé­rieur » : Péri­mètre : Diplômes des univer­si­tés, CPGE (hors forma­tions agri­coles) ; Source : Univer­sité d’Or­léans, Univer­sité François-Rabe­lais de Tours, Recto­rat Orléans – Tours – Trai­te­ment ORES ; Inscrip­tions prin­ci­pales, hors double inscrip­tion Licence/CPGE / **Y compris contrats de profes­sion­na­li­sa­tion