Aubigny-sur-Nère, la cité aux couleurs écossaises

Sous occupation écossaise pendant quatre siècles, Aubigny-sur-Nère a hérité d’un patrimoine architectural et culturel unique. Vecteur d’une économie touristique, son charme séduit aussi les amoureux d’une vie au vert et ponctuée de traditions.


Château des Stuarts – Côté cour – Crédit : Mossot

Une écono­mie très diver­si­fiée

Aubi­gny-sur-Nère est la prin­ci­pale commune du nord du dépar­te­ment du Cher, avec 5 500 habi­tants. Son bassin de vie, tota­li­sant plus de 37 000 personnes, est carac­té­risé par la présence marquée d’éta­blis­se­ments agri­coles (22 %) et tertiaires marchands (44 %). Aubi­gny-sur-Nère est aussi un pôle indus­triel impor­tant du terri­toire, avec une spécia­li­sa­tion dans la méca­nique et la fabri­ca­tion de compo­sants notam­ment pour l’aé­ro­nau­tique. L’élec­tri­cité et le bois sont deux filières égale­ment bien repré­sen­tées.

Le chiffre à rete­nir

L’in­dus­trie est le 1er secteur d’em­plois sala­riés du terri­toire, regrou­pant près de la moitié d’entre eux.

Des hôpi­taux à proxi­mité

Les hôpi­taux les plus proches d’Au­bi­gny-sur-Nère se situent à Gien (27 km) et à Sancerre (35 km). Le plus impor­tant se trouve à Bourges (47 km), avec une capa­cité de 900 lits et près de 2 000 employés. L’hô­pi­tal berruyer est d’ailleurs le deuxième employeur du dépar­te­ment du Cher.

Le bassin de vie albi­nien compte 13 méde­cins géné­ra­listes, dont 6 sont loca­li­sés dans la commune d’Au­bi­gny-sur-Nère.

Un charme hérité de l’Écosse

Au carre­four de la Sologne, région fores­tière, et du Sancer­rois, renommé pour sa gastro­no­mie, Aubi­gny-sur-Nère offre une vie de qualité dans un cadre pitto­resque. Tout en culti­vant sa singu­la­rité histo­rique, avec ses nombreuses maisons à colom­bage et son mode de vie à l’écos­saise, la ville a déve­loppé une offre commer­ciale diver­si­fiée et s’est dotée d’équi­pe­ments cultu­rels et spor­tifs.

Deux écoles mater­nelles et élémen­taires ainsi qu’un collège accueillent les élèves de la commune.

Le saviez-vous ?

Au cours de la guerre de Cent Ans qui opposa les royaumes de France et d’An­gle­terre, la ville fut donnée par le roi Charles VII à Jean Stuart de Darn­ley, cousin du roi d’Écosse. Une parti­cu­la­rité histo­rique qui explique les influences écos­saises de la ville.

Un patri­moine archi­tec­tu­ral riche

L’hé­ri­tage d’Au­bi­gny-sur-Nère est au centre d’une offre cultu­relle touris­tique. Visites, expo­si­tions artis­tiques et arti­sa­nales, la ville met en valeur son patri­moine archi­tec­tu­ral (château des Stuarts et ses jardins, maison François 1er, maison Victo­rine) et cultive l’art de vivre et les tradi­tions : fêtes franco-écos­saises (défilé, marché médié­val…) en juillet, foire d’au­tomne, marché de noël, brocante de prin­temps et un marché hebdo­ma­daire. Des acti­vi­tés artis­tiques et spor­tives diver­si­fiées sont propo­sées pour toute la famille.

Pour aller plus loin : Mono­gra­phie terri­to­riale du Bassin de vie d’Au­bi­gny-sur-Nère (PDF – 4 pages – 870 ko)

Sources : Rentrée 2016 Recto­rat acadé­mie Orléans Tours, DRAAF, Conseil Régio­nal CVdL. *« Zoom ensei­gne­ment supé­rieur » : Péri­mètre : Diplômes des univer­si­tés, CPGE (hors forma­tions agri­coles) ; Source : Univer­sité d’Or­léans, Univer­sité François-Rabe­lais de Tours, Recto­rat Orléans – Tours – Trai­te­ment ORES ; Inscrip­tions prin­ci­pales, hors double inscrip­tion Licence/CPGE / **Y compris contrats de profes­sion­na­li­sa­tion